Définition du serious game

Qu’est-ce qu’un serious game ?

Tout jeu dont la finalité première n’est autre que le divertissement

Tout d’abord, je pense qu’il est nécessaire d’exclure les définitions qui ne permettent pas de cerner l’objet en lui-même. En effet, les incompréhensions en matière de jeu et pédagogie naissent parfois des approximations autour du sens donné aux applications. Le serious game est par essence un produit du monde vidéoludique. Il se base donc sur les caractéristiques des jeux vidéos.


La définition la plus souvent retenue est celle de Julian Alavrez : « Application informatique dont l’intention est de combiner à la fois des aspects sérieux tels que, de manière non exhaustive, l’enseignement, l’apprentissage, la communication, ou encore l’information, avec des ressorts ludiques issus de jeu vidéos. Un telle association qui s’opère par l’implémentation d’un scénario pédagogique qui sur le plan de l’informatique, correspondrait à implémenter un habillage (sonore ou graphique), une histoire et des règles idoines, a donc pour but de s’écarter du simple divertissement. Cet écart semble indexé sur la prégnance du scénario pédagogique ». Il faut comprendre dans cette proposition que le jeu se compose d’un scénario pédagogique qui profite des ressorts ludiques liés à l’informatique.


Plus personnellement, je trouve que le serious game est un objet communicationnel. Dans ses intentions et dans sa forme, il a pour objectif de transmettre un message (pédagogique, publicitaire, prévention, formation…etc) en utilisant des moyens graphiques crédibles afin de diluer les effets de l’effort cognitif habituellement lié aux apprentissages dans des activités ludiques plus faciles à intégrer. Il se transforme alors en support interactif de l’information. Pour moi, l’objectif du message et le contexte de diffusion vont influencer le serious game dans sa forme.

L’objet n’est pas neutre : il acquiert cette forme et fait naître des intentions par son environnement de création. Les professionalités des créateurs (enseignants, informaticiens, gamedesigners, chercheurs en didactique… etc), les commandes des institutions ou encore les budgets alloués vont influencer le résultat final.

Pour preuve, le serious game n’a pas les mêmes caractéristiques en fonction du but que l’on veut lui donner : convaincre, amuser, enseigner, former…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s